Premier vol de l’année… mais pas que

Ils l’avaient bien dit à minuit pile en ce soir de Saint-Sylvestre : « Bonne année ! Meilleurs Voeux ! » et tout ça.
« Bonne année » c’est un peu la phrase bateau qui revient tous les ans, sauf que là… ils ne croyaient pas si bien dire…

Quoi de mieux pour bien commencer l’année que de voler le 1er janvier ?! C’est vrai après tout, autant prendre les bonnes résolutions au pied de la lettre. Et puis depuis le temps que je l’attend ce premier vol, ça me fait plaisir qu’il tombe à une date symbolique comme celle là. Ca fait un peu plus de 7 ans que ce vol est quelque part dans ma tête, d’abord sous forme de projet puis petit à petit le rêve à commencé a devenir réalité. Il y a 4 ans que tout a commencé à se concrétiser, 4 années déjà écoulées depuis la dernière sélection cadet organisée par Air France.

Ces 4 années ont commencées par de l’incertitude, de l’attente, mais finalement avec le recul le début de la formation n’en a été que plus bon ! Et quelle formation ! 6 mois à faire de la théorie à Oxford puis 2 ans à sillonner le ciel français aux commandes ces bons vieux TB20 du SEFA (quand on a commencé) puis de l’ENAC (quand on a terminé… comment ça ce sont les mêmes ?! :). Quelques vols mémorables et quelques histoires à ne pas raconter trop fort plus tard, me voilà tout heureux à Saint-Yan. Haaa… Saint-Yan, certainement le seul village de 1100 habitants à être connus de tous les pilotes de ligne Français. D’avantage de vaches (miam !) que d’habitant au km². Outre de bons steaks, on y trouve aussi de bonnes machines : 3 mois de vols pour dompter le Baron, la bête est un peu coriace au début mais rapidement grisante. Et puis soudain c’est le noir. Le noir de la boite des simulateurs 320 d’Orly. Qu’il fasse jour ou nuit, il y fait noir, mais ça commence à franchement sentir la fin…

C’est à peu près toutes ces images qui repassent dans ma tête en ce 1er janvier alors qu’en montée vers le FL140 j’incline l’avion à gauche pour prendre la direction de Budapest, avec Paris illuminée qui défile sous l’aile droite et le soleil qui se couche là bas au fond.
Je ne pense pas que mes 113 passagers sachent que le petit jeune aux commandes fait son premier vol en ligne, mais moi je sais bien que cette poignée de clients restera un bon moment dans mes souvenirs… j’ai eu un sourire ému tout à l’heure au sol quand entrain de me battre avec le FMGS, l’imprimante et sa myriade de petits papiers qui en sortent et mes fiches terrain j’ai relevé la tête un instant et dit au captain « Tiens, voilà mes premiers passagers 🙂 » en regardant la passerelle. Bon, ensuite, la réponse « En fait, ce sont plutôt les derniers » m’a ramenée les pieds sur terre en me signifiant que j’étais très à la bourre dans la préparation. Mais quand même ! Ça faisait 4 ans que j’attendais de les emmener ces passagers.

Prochaines destinations : Toulouse et Nice le 8 janvier, elle n’a pas finie d’être bonne cette nouvelle année… !

Mickaël,
Heureux et conscient de sa chance

 Nîmes, vol hors ligne - Décembre 2012


Vous avez aimé ? N'hésitez pas à partager :
Facebook Twitter Google+ Mail

2 réflexions sur « Premier vol de l’année… mais pas que »

  1. Bah ?!? Je m’attendais un nouveau billet sur Nas et puis tu t’envole avec l’avion !!
    Felicitations. C’est sur que realiser son reve d’une vie n’a pas de prix…et si en plus tu est payé pour ça 😉
    Bonne continuation pour tes nouvelles experiences. ça donne envie.

  2. Ton récit m’a arraché un petit sourire… envieux.
    Félicitation pour ta ténacité.
    Profites!
    Et repenses à ce premier vol les jours moins fastes, il te gardera passionné.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *